LE CHAPEAU EN FEUILLES

Dans les flots de passagers déversés par les avions sur un aéroport international, on reconnaît sans peine une Vietnamienne à son do dài (longue tunique) et son non (chapeau conique en feuilles de latanier). La longue tunique et le chapeau conique sont devenus presque l’emblème populaire du Vietnam au cours des dernières décennies grâce aux images diffusées par la TV : jeunes étudiantes de Hué ou de Saigon manifestant contre les Amécicains, danse des chapeaux coniques aux festivals étrangers, files de jeunes Vietnamiennes aux championnats sportifs mondiaux, mode féminine. Le mot non désigne en général un chapeau traditionnel, souvent en feuilles, qui ne colle pas aux cheveux. Le mot mu est appliqué aux chapeaux qui collent aux cheveux, à l’exception des turbans.

Voir plus: cout visa vietnam | Nuit en jonque sur la baie d’halong | Mékong tour | circuit entre pu luong et ninh binh | Vietnam Cambodge en bateau 13 jours

Le chapeau non a fait son apparition dans des mythes qui remontent à l’aube de la nation vietnamienne il y a plus de trois mille ans. Une légende rapporte que le Génie de Giong, garçonnet inerte de trois ans devenu brusquement géant, a enfourché un cheval de fer pour chasser les hordes venues du Nord. Il portait une armure et un chapeau conique en fer. Selon une autre légende, une belle princesse fit amarrer un jour sa nef sur la berge d’un fleuve pour prendre un bain sous une tente improvisée. L’eau qu’elle se versa sur le corps découvrit sous le sable le jeune Chu Dông Tu, si pauvre et si pieux qu’il avait enseveli son père avec le seul vêtement qu’il avait, un pagne. Scellés par le destin, ils devinrent mari et femme. Ils finirent par suivre la voie de Bouddha. Un soir, ils furent suppris par la nuit dans un endroit désert, Chu Dông Tu planta un bâton magique dans le sol et le coiffa d’un chapeau de feuilles magique. Un palais d’émeraude émergea aussitôt pour héberger le couple.

Le chapeau non a fait son entrée dans le culte médiumnique très populaire des Déesses Mères (Tho Mâu). Dans leurs temples, des chapeaux coniques de toutes les couleurs pendent au-dessus des autels, rappelant des histoires miraculeuses. À l’âge de sept ans, nous avons retrouvé le chapeau de feuilles dans notre manuel de lecture “Quôc van giao khoa thu”. Maintenant que nous avons des cheveux blancs, certaines phrases du texte “Le petit gardien de buffle” hantent encore notre mémoire : “Qui a osé dire que c’est malheureux d’avoir à garder un buffle ? Non, quel bonheur que de garder un buffle. Je porte sur la tête un méchant chapeau de feuilles qui me protège comme un parasol… ” etc.

Le chapeau de feuilles, au Vietnam comme dans d’autres pays du Sud-Est asiatique, est le produit du climat tropical. Il constitue un outil parfait pour se protéger contres les rayons incendiaires du soleil d’été et les pluies diluviennes de la saison humide. Les matières premières, feuilles de latanier et bambou, abondent dans la plaine et la montagne. Le nôn est présent dans la vie quotidienne, les travaux et les jours, en temps de paix comme en temps de guerre, dans toutes les classes sociales.

Le non accompagne la paysanne :

“La pluie parsème de ses gouttes le champ de mûriers Coiffée d’un nôn, elle tient dans son bras le panier”.

(Troi mua lac dac ruông dâu Cai non dôi dâu cai thung cap tay)

Dans beaucoup d’autres chansons populaires, le non évoque l’amour féminin, tendre, secret et fidèle :

“Ta coupe d’amour, mon ami, enivre comme l’alcool,

Mon chapeau d’amour, je ne cesse de le porter Sur ma tête, en temps de pluie ou de soleil”.

(Chén tinh là chén say sua,

Non tinh em dôi, nang mua trên dâu)

Une femme sans mari se comparait à un chapeau sans jugulaire :

“Elle oscille sur ses pieds, pareille à un chapeau sans jugulaire,

À une barque sans gouvernail, femme sans mari”.

(Chông chành nhu nôn không quai

Nhu thuyên không ldi, nhu ai không chông)

Le chapeau féminin est plat et rond (diamètre : environ 1 m), muni d’une jugulaire en rotin (non quai thao). Il est l’accessoire indispensable des chanteuses de Lim, région célèbre pas les joutes de chant Quan ho entre groupes féminins et masculins. On se souvient que cette coiffure est évoquée avec beaucoup de charme dans un poème de Nguyên Nhuoc Phâp (1914- 1939) sur le pèlerinage à la Pagode des Parfums de la fille d’un lettré, qui rêve d’amour.

La gamme des non est très large. Le chapeau conique de Hué fait voir un poème en idéogrammes quand on l’examine devant un fond de vive lumière. Le nôn chôp est un chapeau conique d’homme à sommet métallique. Le nôn Chuông, fabriqué au village Chuông de Hà Tây, beaucoup de villages sont rendus célèbres dans ce métier, est décoré à l’intérieur de fleurs en papier, sur les flancs de dentelles en couleur. Le nôn dâu en bambou, à sommet métallique, est une coiffure de soldat d’autrefois.

Le chapeau de bonze est fait de feuilles grossières, le non son est laqué, le nàn de madarin est en plumes…

Excellent pour la lutte contre les intempéries, le non se prête à tous les usages. Il sert de toit pour la petite marchande de légumes dans un marché en plein air, de panier pour la ménagère allant faire ses provisions, d’éventail pour le laboureur derrière son buffle, de flotteur sur lequel on met les vêtements quand on traverse une rivière… Des centaines de milliers de volontaires civils ont porté le non pour haler les canons à Diên Biên Phu ou tailler la piste Hô Chi Minh.

Si paradoxal que cela puisse paraître, au moment où le nàn vietnamien s’exporte et est connu à l’étranger, sa production diminue. Les citadins vietnamiens l’ont troqué contre les chapeaux à l’occidentale depuis les années 20-30 du siècle dernier. Le même changement est en train d’affecter le non féminin en ville et même dans une partie de la campagne. Il faut sauver notre coiffure traditionnelle et les villages dotés de ce métier depuis des siècles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*