UN SAUT AU LAC DE L’OUEST

A chaque fois que Liz a le cafard, je lui dis : “Enfourche ta bécane, allons faire un saut au Lac de l’Ouest !»’

L’effet ne manque jamais, parce qu’il y a là tant de choses à voir et à regarder, tant de souvenirs historiques à évoquer.
A la tombée du jour en été, grisé par la musique stridente des cigales et le rouge ardent des fleurs de flamboyant, comme il fait bon s’asseoir sur l’herbe de la digue Cô Ngu pour contempler le soleil s’éteindre sur le miroir d’eau dans une orgie de lumière. En hiver, quand la brume estompe les arbres et les petites barques de pêcheur, on dirait un paysage à l’encre de Chine, le lac mérite alors son ancien nom Dâm Dàm (Etang des Brumes) qui remonte au Xle siècle.

Hanoi-lac-Ouest

Selon une première légende, c’était l’emplacement d’un massif boisé, repaire d’un renard à neuf queues ; ce monstre malfaisant fut noyé par le Roi Dragon, ancêtre des Viêt, qui en déchaînant les flots, avait creusé le lac. Une autre légende raconte que le bonze vietnamien Không L6 (Xle siècle) ayant rendu d’éminents services à l’Empereur de Chine, ramena du Pays Céleste tout son bronze pour fondre une cloche énorme ; les sons de ce dernier retentirent si fort que le Bufflon d’Or, croyant entendre la voix de sa mère (l’or est issu du bronze cuivre) accourut vers le sud, piétina si violemment les site actuel du Hô Tây qu’il le transforma en pièce d’eau. Enfant, je croyais encore, comme les gamins de mon âge à Hanoï, que la famille qui avait dix fils pourrait s’enrichir en tirant du Lac le Bufflon d’Or.

De nombreux palais et maisons de plaisance furent construits par les rois des dynasties Lÿ, Trân, Lê et les Seigneurs Trinh au Moyen Age. Ils embellirent non seulement le Lac de l’Ouest mais encore le Lac Truc Bach, séparé de lui par l’actuelle Route de la Jeunesse (ancienne digue Cô Ngu). Truc Bach signifie Soie blanche du Village des Bambous d’ivoire, là où un seigneur Trinh fit construire un Palais d’été transformé en harem pour détenir les odalisques coupables ; celles-ci tissaient une soie blanche très belle.

A voir: voyager au Vietnam

En 1802, le lettré Nguyên Huy Luong rédigea le célèbre morceau de prose rythmée (phü) : “Hymne à la Gloire du Lac de l’Ouest”. Il y chantait la beauté du paysage en même temps que le règne des Tây Son qui avait redonné au pays la paix après avoir vaincu les envahisseurs Qing et mis fin aux troubles internes.

Plus tard, Pham Thâi, lettré partisan de la restauration de la dynastie des Lê, devait écrire un pamphlet politique de forme littéraire non moins fameux : “Contre l’Hymne à la Gloire du Lac de l’Ouest”. Il employait les mêmes rimes que Nguyên Huy Luong pour combattre les idées de ce dernier.

La route de 17 km qui entoure le lac réserve au cycliste la joie des découvertes sans cesse renouvelées. D’abord les villages de fleurs qui, à l’occasion du Têt, inondent Hanoï de fleurs roses de pêcher et de fruits d’or de clémentine : Nhât Tân, Ngoc Hà, Nghi Tàm (spécialisé maintenant dans les bonsaïs et les poissons rouges)… Viennent ensuite Quang Bâ avec ses goyaviers, Tây Hô avec son “Palais des Saintes Mères” (phu), Xuân Tao avec le Temple de l’Enfant-Génie Giông, Trich Sài avec la Pagode Thiên Niên où est honorée la Sainte Patronne de la soie noire, Ke Buoi célèbre par son papier traditionnel, Thuy Khuê avec la Pagode de Bà Danh… Evidemment on ne peut oublier de Temple taoïste Quân Thânh (appelé par les Français Pagode du Grand Bouddha à cause de la présence d’une statue en bronze de 4 m du Génie gardien du Nord, Huyên Thiên Trân Vu), et la Pagode Trân Quôc sise sur un îlot et dont la première construction remonterait au Vie siècle.

Une seule chose trouble l’euphorie du promeneur, c’est de voir pointer vers le ciel les toits arrogants des villas d’un goût douteux des nouveaux riches.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*